Décembre, c’est plus calme non?

On nous pose souvent la question et, on ne va pas se mentir, oui, le rythme ralentit avec l’hiver qui rapplique. Et surtout les jours qui diminuent ! Quand il faut se rentrer à 17h30, finalement, on n’est pas mécontents. Pour tout avouer, on a testé qu’une seule fois de travailler à la frontale. Il s’agissait de rentrer du bois, on se sentait en grande forme – genre pas assez fatigués – et on s’est dit, faisons ça à la frontale. Outre que les piles des lampes étaient faiblardes, il faut bien avouer que c’est pas génial. Pour ceux qui se demandent si la pile de bois a tenu, elle a tenu et a plutôt fière allure. Bref, tout ça pour dire que oui, le rythme a ralenti grâce à ces jours tout riquiquis.

Qui dit jour riquiqui dit aussi croissance ralentie. Autant dire que la fréquence de sortie de la binette a bien diminué et qu’on n’en a fini de la course au désherbage, au repiquage ou au semis. A cette époque de l’année, c’est sous la serre que tout se passe. Le plein-champ étant livré à lui-même – ou presque – c’est aussi du temps de travail en moins. On nous demande d’ailleurs souvent ce qu’il nous reste en plein champs, sans plus attendre, la réponse : des poireaux, des choux et des topinambours. Le reste – salades, chicorées, radis, blettes, épinards, carottes, navets – est bien à l’abri sous la serre. Du côté de la serre, on a aussi commencé à couvrir nos cultures avec du P17, histoire de garder un maximum de chaleur. Et c’est dans ces moments-là qu’on se dit qu’on a bien fait de s’embêter à tout  bien ré-enrouler au printemps. C’est tellement plus simple quand ça se débobine tout seul et qu’on s’empêtre pas dans les voilages !

Et du coup, si vous avez plus de temps, vous faites quoi ? Primo, on peut se permettre de dormir un peu plus. Alléluia ! Ça peut faire sourire mais c’est loin d’être accessoire. Puisque nous ne sommes pas entrés en complète hibernation – une idée pour l’an prochain – et que les légumes nous demandent un peu moins d’attention, c’est le temps de mettre en œuvre tous les travaux – menus ou pas – que nous avions délaissés jusqu’ici. Vous savez cette fameuse « liste de choses à faire à l’automne » devenue la « liste des choses à faire à l’hiver ». Par exemple, François s’est attaqué à la réfection/construction de la « maisonnette d’irrigation ». Si le système d’irrigation a été purgé et les asperseurs remisés depuis déjà quelques temps, il fallait toujours (re)construire le caisson extérieur qui abrite les vannes qui desservent à la fois le plein champ mais surtout la serre. Jusqu’ici, François avait bricolé un abri avec comme premier objectif de protéger l’électrovanne de la pluie. L’objectif était maintenant d’avoir quelque chose de bien isolé et de pratique. Comprendre : facile à ouvrir et fermer – j’ai une forte tendance à râler si ça ne l’est pas, qui plus est quand il s’agit d’arrosage, tâche qui m’ennuie au plus haut point…  C’est d’autant plus important que durant l’hiver, il nous faut pouvoir remettre en route facilement le système pour irriguer sous serre. Bref, François s’est débrouillé comme un chef ! Il manque encore un peu d’isolant et une charnière mais le gros du travail est derrière lui.

Avec le temps en rab, nous avons aussi lancé notre campagne de financement participatif. Quoi ? Cela vous a échappé ? Pas d’inquiétude, il reste encore 10 jours pour participer et nous permettre d’atteindre le second palier, fixé à 7000€ ! Tout est expliqué par ici. A l’heure où j’écris, nous avons atteint les 80 % de l’objectif et vous êtes déjà 69 à nous soutenir. Autant dire que cet enthousiasme nous donne des ailes et nous conforte dans nos choix : nous ne sommes pas les seuls à vouloir faire évoluer les modèles agricoles et défendre une agriculture plus résiliente ! On va donc pouvoir envisager ce volet du projet de façon plutôt sereine, prendre le temps de choisir les variétés des espèces que nous voulons implanter et plancher sur les plans de construction des poulaillers mobiles de ces dames ! C’est là qu’on se dit que c’est bien que les légumes soient au ralenti…

Avec l’hiver vient le temps des formations. J’ai ouvert le bal avec 2 jours de formation concernant les principes permacoles appliqués au maraîchage biologique. Bien m’en a pris ! C’était intéressant et d’autant plus intéressant que ça s’adressait à un public dit « professionnel » dont la finalité est de vivre décemment de son activité. Il y a une sacrée différence entre appliquer les principes de la permaculture à son potager, avec une visée d’autoconsommation et les appliquer à une activité de maraîchage dont on souhaite vivre ! Et puis, on est souvent un peu (beaucoup) réfractaires à l’aspect sectaire que cela peut prendre avec certains discours qui s’apparenteraient presque à des diktats. Si tu fais de la permaculture, il te faut un mandala ! Quoi tu utilises du voilage et des filets, c’est pas très permaculture tout ça ! Tu cultives pas sur des buttes ? Pour faire de la permaculture, faut faire des buttes ! Jusque-là, on trouvait que tout ça prenait surtout un tour « marketing à outrance », avec des stages ou des formations hors de prix, proposant LA recette toute faite alors que fondamentalement, un des principes de base est de « s’adapter à son milieu ». Bref, quand on a vu cette formation sur le calendrier de formations proposées, on s’est dit que c’était l’occasion de voir ce que ça disait. Pour tout dire, on s’était même préparé une liste de questions bien précises, dans le cas où ça tournerait au culte de la butte ou du mandala ! Un exemple ? L’intérêt du mandala dans le modèle de maraîchage sur petites surfaces ? Sa praticité au quotidien, en termes d’intervention et d’irrigation ? Car c’est certes joli mais quand il faut tournicoter avec sa brouette pour arriver au centre, on se dit que ça doit aller 5 minutes mais que à la longue, ça doit vite virer au truc qu’on remet à plus tard… Et puis niveau gain de place. Bref, outre que cette formation était très intéressante, c’est aussi l’occasion de visiter une nouvelle ferme, comme toujours de s’inspirer de 2 ou 3 trucs mis en œuvre par le maraîcher, d’avoir de nouvelles idées à tester. C’est aussi l’occasion de faire de chouettes rencontres. C’est comme ça qu’on en est venus à tester « La Campagnole », un outil développé par la Fabriculture en collaboration avec la ferme du Bec Hellouin. Cette fameuse Campagnole nous a été prêtée par Flavien, un voisin d’Empurany rencontré pendant la dite-formation. Verdict ? C’est super ergonomique et pour préparer une planche, ça va très, très bien.

Avoir du temps, c’est aussi nécessaire pour préparer notre plan de cultures et faire le point sur les semences à acheter, les plants à pré-commander. Histoire de ne pas se retrouver à courir après les semences au moment où il faudrait semer ! Pour certaines cultures, notamment la pomme de terre, cette année, nous avons envie de respecter le calendrier lunaire. On a donc investi dans le Calendrier Lunaire de Michel Gros. Un bon investissement selon Louis. On l’a déjà regardé ensemble, pour les patates, ça devrait se jouer le 21 ou le 23 mars… 3 étoiles pour les légumes racines sur ces 2 jours, le créneau à ne pas louper ! On en reparlera fin mars, d’ici là, les paris sont ouverts : pourra-t-on planter nos patates avec la bonne lune ? Parce qu’accessoirement, le climat, le planning, les imprévus, ça compte aussi…

La semaine dernière, c’est surtout la météo et les plannings que nous avons vérifiés afin de prévoir le jour où Tino arriverait à la maison ! Marcher sous la pluie, c’est faisable mais c’est quand même pas très agréable. C’est finalement par une belle matinée que nous avons ramené Tino à la maison. A son rythme : soutenu dans les descentes, tranquille à la montée. Il a l’air d’apprécier sa nouvelle cabane et la vue depuis Pojot, se fend d’un chant rocailleux quand on arrive le matin, nous fait les poches pour trouver la friandise apportée, aime se faire gratouiller… En bref, on s’est déjà habitué à sa présence et finalement, il n’y a guère que Oka qui reste un peu sceptique face à ce nouveau compagnon qui lui fait bien comprendre qu’elle n’a rien à faire dans sa cabane et que ce quignon de pain, c’est le sien. Et oui, Tino a déjà été gâté par les copains boulangers qui lui avaient réservé deux gros sacs de pain sec. Veinard !

Enfin avoir un peu plus de temps, ça permet de régulièrement monter au verger pour vérifier le niveau de l’eau, de crapahuter à droite et à gauche pour cueillir des coulemelles, de ramasser des pommes de pin pour allumer le feu, de faire de la confiture de lait, de se promener en forêt, de prévoir des chantiers à la maison, de planter les mûriers ronces sans épines que nous ont donnés notre voisin, de travailler sur les supports de communication maintenant que nous avons un logo, un vrai – un immense merci à Chloé Lequette pour son très beau boulot – , de lister de nouvelles idées, de s’extasier devant les nouveaux catalogues de semences, de se mettre à jour en compta (ou presque), de lire… Et même de s’offrir un week-end pour aller voir nos copains Claire et Laurent à Lyon. Il n’y a pas à tortiller, c’est plaisant d’avoir un peu de temps, vraiment !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

5,4,3,2,1… C’est parti !!!

Projet? Ficelé!
Contreparties? Imaginées et détaillées!
Communication et listes de diffusion? Préparées!
Doigts? Croisés!
Tu vois autre chose toi? … Non!
Alors, ça veut dire qu’on est prêts? Je crois que oui!

Après l’avoir imaginé, rédigé, corrigé, peaufiné, retouché, repeaufiné, recorrigé, je crois qu’on est prêts. Prêts à lancer notre campagne de financement participatif! Ca se passe sur la plateforme MiiMOSA et ça se passe avec vous! Pour en savoir plus et nous soutenir, il vous suffit de cliquer sur le lien :

La campagne, c’est par ici!

Ce lien, pendant 30 jours, vous pouvez en user et en abuser! Le partager, le faire tourner, voyager, virevolter. Ce n’est pas un lien qu’on garde pour soi, c’est un lien qu’on envoie, un lien dont on parle, on discute. Et puis dans 30 jours, on espère qu’il nous liera encore plus à vous, qu’il aura permis de tisser plein d’autres liens et d’établir de nouvelles connexions, qu’il aura ajouté une dimension collective à notre aventure personnelle.