Qui l’abeille? Qui la blette?

C’est nous, François Chauvin et Marine Mazel qui nous cachons derrière le projet de l’Abeille et la Blette. Qui l’abeille? Qui la blette? Libre à vous de choisir!

François est originaire du Haut-Doubs et a grandi dans des paysages où le sapin est roi. Marine est elle originaire de la Vallée de la Drôme, plus habituée au Picodon qu’au Comté. Notre rencontre se passe sur les bancs d’une classe préparatoire, à Grenoble. Suite au grand jeu des concours, François intègre une école d’ingénieur en génie civil à Orléans et Marine, l’école d’ingénieur en agronomie de Dijon. Les études invitant au voyage, François rallie la Nouvelle-Orléans, Marine, l’île de Tenerife. C’est finalement à Paris que nous arrivons à nous retrouver – géographiquement il va sans dire – et  que nous entamons la transition entre notre vie étudiante et la vie active. Mais, après un peu moins de deux ans, Paris ce n’est plus pour nous. Nous y avons fait notre temps et mettons les voiles. Direction le Sud et Montpellier. François travaille alors à la construction de centres aquatiques pour les collectivités. Marine, quant à elle, s’échine à cultiver et étudier des plantes capables d’absorber les métaux lourds du sol. Et puis, début 2015, pour François, c’est le temps de la remise en question et la découverte du maraîchage. Nous commençons dès lors à réfléchir ensemble à une nouvelle vie. A l’automne 2015, nous nous envolons. C’est le temps du voyage.

Après six mois passés en Amérique Latine, au printemps 2016, François entame sa reconversion pour devenir maraîcher. Il travaille comme ouvrier agricole dans une exploitation maraîchère biologique, à Mauguio.  Marine, elle, retrouve pour un temps les plantes accumulatrices de métaux. A l’automne, François entame une formation, un BPREA en maraîchage biologique. En 2017, il se lance et loue une parcelle à Lansargues pour cultiver et vendre ses propres légumes. Pendant ce temps, Marine travaille à la Chambre d’Agriculture. En juin, François obtient son diplôme.  Début juillet, Marine a quitté son poste et décidé de rejoindre Lansargues à son tour. C’est pour nous le début d’un été chaud, riche en légumes mais bien pauvre en eau.  Et parallèlement à tout ça, pas à pas, le projet avance et prend forme. C’est désormais notre réalité et le moment de changer de vie semble bel et bien arrivé.