Des vœux ordinaires.

2020 a fini son mandat, 2021 prend sa suite. Une affaire rondement menée entre le 31 décembre et le 1er janvier. Ce remaniement – si régulier soit-il – appelle donc son lot – tout aussi régulier – de vœux. Allez, avouez-le, en janvier, vous lancez, un peu à tout bout de champ, des meilleurs vœux, des bonne année, des et la santé surtout! C’est presque un automatisme, on souhaite du bonheur, de la réussite, de la santé. On souhaite que l’année soit belle, on souhaite que l’année soit exceptionnelle. Et puis l’année passe et on oublie les bons vœux. Et puis ça recommence.

En ce début d’année 2021, c’est un tout petit peu différent. Pourquoi? Sûrement parce que 2020 a été une année extraordinaire.
Quand on cherche extraordinaire dans le Larousse, on peut lire « exceptionnel: qui n’est pas courant – exceptionnel : qui étonne par sa bizarrerie, son étrangeté, son originalité « . Oui, 2020 a bel et bien été extraordinaire! Si souvent on donne à l’extraordinaire une connotation positive, l’extraordinaire peut aussi revêtir des aspects bien plus négatifs. 2020 ou l’exemple parfait. Enfin, de notre côté, on a choisi de garder de 2020, un seul évènement extraordinaire et positif – oui il y en a ! – la naissance d’Ellie.  Cela nous permet de regarder dans le rétro avec un peu moins d’amertume et de ressentiment!

Dès lors, pour l’année qui vient, on prend le parti de vous souhaiter des choses simples. Des petits riens ordinaires.  On souhaite une année de vie normale. Avec des bises qui claquent, des sourires ou des gueules de six pieds de longs pas planqués derrière un masque, des cafés pris au comptoir, des bières en terrasse, des entrée/plat/dessert qui ne soient pas servis dans des boîtes en carton, des concerts où on n’est pas assis, du spectacle vivant qui ouvre la tête et change les idées, des fêtes à 2, 4, 6, 20, 100 ou comme vous voulez, des discussions qui ne soient pas (presque) toujours gangrenées par le confinement, les gestes barrières et l’évolution de la situation sanitaire.  On vous souhaite, on se souhaite une année de vie ordinaire. Une année de vie tout court. Où nos libertés ne se limitent pas à pouvoir travailler et faire ses courses. Où l’autre n’est pas vu comme potentiellement à risque. Où être et faire ensemble ne relèvent pas de l’utopie ou de l’inconscience!

Du côté de la ferme, quelques chouettes évènements vont – normalement – ponctuer ce premier trimestre et on s’en réjouit! On vous en parlera (très) bientôt. En attendant, souhaitons nous une année placée sous le signe de la liberté retrouvée et tâchons de garder le sourire, si masqué soit-il!

 

Image non contractuelle et de saison mais c’est plus dur de donner le sourire avec de la grisaille!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *